Qui était Sainte Geneviève ?

Sainte Geneviève est née vers 419, et morte vers 502....

 

D’après la légende, elle était originaire de Nanterre, près de Paris.

Elle fut consacrée à Dieu par saint Germain d’Auxerre, vint habiter Paris, sauva cette ville en 451 en persuadant ses habitants de rester dans leur île où Attila ne les attaquerait pas

Elle,alla jusqu’à Troyes et Arcis-sur-Aube chercher des vivres pour les Parisiens assiégés par Childéric ou Clovis.

Elle jouit d’un grand crédit auprès du premier de ces rois et  détermina le clergé à élever une église en l’honneur de saint Denis.

Elle fut célèbre aussi en Orient et mourut à Paris, après avoir beaucoup voyagé.

Elle fut honorée dès le VIIe siècle et  fut l’objet d’un culte qui ne fit que grandir .

L’église des Saints-Apôtres où ses restes avaient été déposés finit par prendre son nom et ce nom fut laissé à la nouvelle église qui la remplaça au XVIIIe siècle sur la montagne Sainte-Geneviève

Cette église  devint le Panthéon où les fresques de Puvis de Chavannes retracent des scènes de sa vie.

On conserve toujours sa tombe à l’église Saint-Etienne-du-Mont et l’on y célèbre toujours au mois de janvier une neuvaine en l’honneur de celle qui est considérée comme la patronne de Paris.

La vie de la patronne de Paris coïncide avec les dernières convulsions de l’empire romain en Europe et l’établissement de la monarchie franque d’ où sortit la patrie française.

Le plus grand miracle de sa vie est que, simple femme du peuple, elle ait exercé tant d’influence sur les événements de son époque.

On prétendit que la défaite d’ Attila était due à ses prières.

Ce qu’ en fait elle obtint, ce fut d’empêcher l’exode général des Parisiens quand, en 451, Attila se rua sur la Gaule.

« Les femmes se laissèrent assez vite persuader, écrit son biographe ;

Quant aux hommes, elle leur répétait qu’ils ne gagneraient rien à fuir, les lieux où ils comptaient se réfugier devant être sûrement dévastés, tandis que Paris serait sûrement préservé. »

Ces prévisions se vérifièrent. Délaissant la route de Paris, les Huns se dirigèrent sur Orléans, et ils furent défaits aux champs Catalauniques.

Lorsque, plus tard, les Francs tentèrent d’affamer Paris, ce fut encore Geneviève qui, par son sang-froid et son ingéniosité, assura le ravitaillement de la ville et empêcha tout un peuple de mourir de faim.

Elle avait mené, dès sa jeunesse, la vie non cloîtrée des religieuses de son temps.

Ses parents morts, elle vint habiter Paris chez sa marraine où elle fut encouragée et confirmée dans sa vocation par Saint Germain d’Auxerre lors de son passage.

Elle y vécut toujours dans une demi-réclusion, favorisée de grâces extraordinaires, notamment du don de lire dans les consciences et de calmer les "énergumènes".

Même les rois, tels Childéric et son fils Clovis, lui témoignaient leur vénération.