Un troisième diacre issu de la paroisse !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le dimanche 17 juin 2018, Monseigneur Ricard ordonne deux diacres permanents en la Cathédrale Saint-André de Bordeaux. L’un d’eux s’appelle Jean-Marie Perrier et avec toute sa famille, il fait partie de la paroisse Sainte Geneviève qui d'où viennent déjà deux autre diacres permanents : Jean-Claude Dupart et Renaud Dulin. Voici son témoignage dans le numéro de “’Église Catholique en Gironde” du mois de juin 2018.

Comment vous êtes vous engagé vers le diaconat ?

L'engagement au diaconat relève de la vocation c'est-à-dire ce mouvement qui s'établit entre "l'appel et la réponse", Pour moi l'appel au diaconat a commen­cé par l'interpellation de plusieurs per­sonnes,sur plusieurs années ; puis cette interpellation s'est manifestée un jour particulier par Jean-Claude, un diacre, de ma paroisse Sainte Geneviève, qui est venu avec son épouse, nous poser la question suivante à mon épouse et à moi : "La paix du Seigneur repose dans votre couple ; seriez vous prêt à accep­ter de donner un visage à cette paix, le visage du ministère du diaconat ?" Depuis ce jour-là l'interpellation s'est transformée en "un nouvel Appel" et comme tout appel du Seigneur une seule et simple réponse suffit "le oui de l'épouse" et le "me voici" de l'époux.

Durant votre discernement qu'est ce qui a été déterminant pour vous ?

En tant que disciple-missionnaire nous cherchons à vivre de notre mieux pour suivre Jésus : aimer comme il nous a ai­més. Suivre Jésus est une chose ; être témoins de la présence du Christ dans notre vie en est une autre ! C'est à l'oc­casion du temps de retraite effectué en deuxième année de formation, à l'abbaye d'Échourgnac que j'ai fait l'ex­périence de cette rencontre. Les exer­cices spirituels de saint Ignace sont une grande aide pour nous guider, mais sans accompagnement on tourne vite en rond. Regardez comment s'est opérée la ren­contre sur le chemin d'Emmaüs, n'étaient-­ils pas deux au départ ? La rencontre avec le Christ est tout à la fois une expérience en Église et un cœur à cœur. Lors de cette retraite rien ne s'est passé comme je l'avais imaginé, tout a été vécu comme je l'espé­rais.

Quel lien faites-vous entre votre prochain ministère et vos engagements professionnels, familiaux ? Comment cela s'articule-t-il ?

Comment vivre en Christ? Par ses propres moyens ? Non ! Si l'on veut suivre le Christ il suffit de l'écouter. Que nous dit-il ? Change ton cœur. Ne cherche pas à avoir un cœur charitable, soit un cœur charitable. C'est cela que Jésus nous enseigne dans les Béatitudes. C'est-à-dire un cœur qui se transforme et qui transforme. Comment alors tout cela s'articule t-il ? Autour d'un cœur au service. Car là où il y a volonté de relation et de rencontre, là où il y a volonté du construire ensemble, là où il y a la lu­mière de la Vie éternelle, il y a la fécondité des artisans de paix qui participent à la construction de la Jérusalem céleste.

Si l'on veut suivre le Christ il suffit de l'écouter. Que nous dit-il ? Change ton cœur. Ne cherche pas à avoir un cœur charitable, soit un cœur charitable.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+