Un après-midi communautaire

Samedi 29 septembre 2017 Maison Saint Louis Beaulieu

 

En attendant le compte rendu de la rencontre, retrouvons ici quelques témoignages de ce temps fort du secteur :

• Samedi 30 Septembre, nous nous sommes retrouvés très nombreux pour conclure l'étude du livre de Mallon "Manuel de survie pour les paroisses" commencée en Janvier dernier. Après midi très convivial dans une Maison Saint Louis Beaulieu entièrement renouvelée. L'enjeu étant de trouver des pistes pour devenir disciples mais surtout missionnaires. Sept groupes ont travaillé sur les différents thèmes allant de la compassion à la liturgie en passant par l’accueil...
Une mise en commun a permis de faire remonter les propositions.
Nous avons terminé l'après midi par une très belle eucharistie animée par le chœur EuGeNi suivie d'un apéritif dans le cloître.
Mercredi 11 Octobre prochain, les trois conseils paroissiaux de Sainte Eulalie, Sainte Geneviève et Saint Nicolas se retrouveront pour voir comment mettre en œuvre les différents pistes proposées.

 

• S’appuyant sur le livre "Manuel de survie pour les paroisses" du père James Mallon, canadien, le père Monget, curé de notre secteur EuGeNi avait proposé au début de l’année une réflexion sur l’avenir de nos 3 paroisses. Celle-ci avait débuté le 7 janvier dernier au presbytère Sainte-Eulalie, avec le père Alain Dagron, curé de Saint Seurin.
En ce samedi 30 septembre ma première joie a été de constater que, parti d’une vingtaine de personnes, le groupe n’avait cessé de croître au fur et à mesure des nouvelles rencontres. Ainsi nous étions plus de 70 pour ce 4ème rendez-vous, où tous les paroissiens de notre secteur EuGeNi avaient été invités à un après-midi de réflexion-propositions à la maison Saint Louis Beaulieu.
Joie également de retrouver des amis, mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes. Un partage d’idées mené en petits groupe, puis en commun, m’a fait sentir, le désir de prière et de partage de l’Évangile autour d’un prêtre ou d’un diacre (ressourcement), le désir de faire des choses de façon intergénérationnelle (décloisonnement), le désir de devenir encore plus des disciples-missionnaires du Christ (ouverture missionnaire).
Joie encore de sentir la bonne ambiance générale et un réel dynamisme. Toutefois nous constatons que nous ne sommes pas assez formés pour entreprendre nous-mêmes certaines actions. Nous devons nous limiter à de petites choses. Ainsi un groupe de jeunes parents a chanté, dans la rue l’année dernière au moment de Noël, des chants chrétiens et a rencontré des réactions très positives. Nous sommes trop timides, barrés peut-être par la mauvaise image de l’Église catholique actuellement. Il faut que nous soyons plus rayonnants.
Rayonnants, nous l’avons été au cours de la messe qui a clôturé notre après-midi. Beaucoup de paroissiens étaient venus nous rejoindre dans la magnifique chapelle de la maison Saint Louis Beaulieu. Merci à la chorale de nous avoir magistralement portés dans la prière, l’action de grâce, et la joie d’un moment partagé. A refaire !
Et à nous maintenant de mettre en œuvre le fruit de notre travail. Ensemble et parfois avec peu de moyens ou peu d’investissement, nous pourrons porter à l’extérieur la lumière qui nous habite !

 

• Journée intéressante par le brassage des personnes engagées sur nos trois paroisses…véritable image du peuple de Dieu dans sa diversité. Cependant, journée décevante par le peu de temps réservé à l’échange, au dialogue, au débat surtout, et par la pauvreté des actions proposées. Pour être efficaces, elles auraient demandé à être équipées de moyens concrets de mise en œuvre. Elles furent seulement citées timidement et peu mobilisatrices pour les mois à venir. Dommage !!! Cela aurait pu être un grand moment de vie d’Église, ponctué par la magnifique célébration.

 

• "Donne-moi à boire !" D’où peut bien provenir ce cri murmuré lors de notre 3ème rencontre de réflexion pour un nouveau souffle pastoral dans notre secteur ?
D’un peuple desséché et errant dans un monde sécularisé ?
D’un Christ ouvert à la rencontre et assis là sur la margelle d’un puits ? Mais où est donc ce puits ?
"Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ?" ( Jn 4,29)
Une certitude : l’élan du disciple missionnaire vient d’une rencontre… laissons-nous saisir par cette rencontre.